File moi ton sac ou je te negative SEO

On connaissait beaucoup d’actes de cybercriminalité tels que le phishing (ou hameçonnage mais c’est moins glam’) ou le sextorsion (ça c’est glam !)
Désormais, même l’activité du référencement propose d’être un voyou des temps modernes.
Le principe ? Menacer les gentils e-commerçants de leur flinguer leur e-business s’il ne passe pas à la caisse.

La pratique du « Negative SEO » existe depuis déjà quelques temps et est parfois utilisée chez nos amis amateur de Scrapebox pour dézinguer en règle les sites concurrents de leurs clients.

En effet, lorsqu’un site a été travaillé dans les règles pour se positionner mais que l’on s’aperçoit que ce n’est pas le cas de tout le monde, laissant les meilleures places à des sites pas toujours qualitatifs ou moins ciblés que le sien, la tentation peut être grande de glaner des places en faisant chuter ses petits camarades.

Alors oui, il faut bien maîtriser son sujet lorsque l’on décide de se la jouer Negative SEO, et si le site visé possède une forte notoriété, difficile de le faire tomber. Mais sur certaines thématiques et chez certains « référenceurs » bien « équipés » la technique peut être très efficace.

Imaginez vous, petit e-commerçant, ayant passé des heures à construire votre référencement avec des jolis liens de gentils bloggueurs et de sympathiques partenaires, empilant de mignons contenus pour enfin apercevoir les premières places sur les beaux mots clés de votre activité. Imaginez vous voir débarquer dans votre compte Google Webmaster Tools des centaines, que dis je, des milliers de liens en provenance des bas fonds du web, véritables fosses sceptiques et nids à cafard 2.0 ou se mêle luxure et insalubrité numérique.

Et la paf ! Le ciment encore frais de votre visibilité qui se dé-solidifie suite au passage du justicier Google. Celui-ci estimant que vous avez craqué du slip en vous abaissant à cette superbe stratégie de Linkbuilding. A vous de jouer pour nettoyer tout ce foutoir et remontrer patte blanche pour revenir dans la course, laissant la place à vos concurrents !

Voilà en théorie la partie la plus répandue du Negative SEO.

Et donc désormais, aux USA, des petits malins ont décidé d’en faire leur « business » ! Ceux-ci réclament 1 500$ aux propriétaires de site sous peine de lancer la machine à Backlinks (20 000…)

Voilà donc de quoi relancer l’activité des SEO en proposant des prestations de nettoyage ou alors pour les plus vicieux en extorquant les honnêtes marchands (pour information, cette pratique est punie par la loi…)

Share Button
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *